Les concours : une volonté de simplifier les dispositifs pour gagner en efficacité.

Pour les porteurs de projets, il existe plusieurs dispositifs qui permettent d’obtenir une subvention en se présentant à un concours. Certains pensent même qu’il en existe un peu trop : 62 en 2016 contre une trentaine en 2000. Cette complexité a été relevée par un rapport publié début 2016 sur « 15 ans de politique d’innovation en France », sous la direction de Jean Pisany-Ferry, Commissaire général de France Stratégie. Du coup Emmanuel Macron, ministre de l’économie, et Thierry Mandon, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et la Recherche, ont annoncé une série de mesures visant à améliorer l’efficacité de la valorisation de la recherche en France.
L’une des dispositions a consisté à simplifier le concours le plus important : le i-LAB né de la volonté du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche d’encourager l’esprit d’entreprendre, en particulier auprès des jeunes de l’enseignement supérieur, de renforcer le soutien à la création d’entreprises innovantes et de mieux accompagner le développement des start-ups. Le premier volet d’I-LAB est le concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes organisé en partenariat avec BPi France. Ce concours, destiné à soutenir les meilleurs projets en leur offrant une aide financière et un accompagnement adapté, vient de faire peau neuve.
Car depuis sa création en 1999, le nombre de dispositifs nationaux d’aide à la création d’entreprises innovantes a fortement augmenté. C’est la raison pour laquelle en 2016 le ministère a souhaité simplifier ceux mis en œuvre par l’Etat. Pour sa 18e édition le concours s’est donc recentré sur la catégorie « création-développement ». La seconde catégorie habituelle qui s’intitulait « en émergence » a désormais rejoint le dispositif Bourse French Tech, porté par BpiFrance. Ce dernier a pour objectif de soutenir la faisabilité de la création d’entreprises dans tous les domaines d’innovation. La Bourse French Tech d’un montant maximum de 30 000 euros est destinée aux projets technologiques qui nécessitent encore des phases de validation et de maturation. Et les meilleurs projets peuvent donc obtenir l’appellation Bourse French Tech « Emergence », dotée d’un montant d’aide maximale de 45 000 euros, ainsi que d’un accompagnement privilégié mis en place par chaque direction régionale de Bpifrance : accès à un bouquet d’offres telles que l’accès à des réseaux de mentorat, possibilité de rencontres avec des fonds d’amorçage ou des business angels, etc.
Pour le Concours national I-Lab 2016, seuls les projets dont la faisabilité technique, économique et juridique est établie et pouvant donner lieu, à court terme, à une création d’entreprise ont pu être présentés. Les lauréats pourront recevoir une subvention d’un montant maximum de 450 000 euros, versée à l’entreprise qu’ils ont créée et destinée à financer le programme de recherche et de développement pour la finalisation du produit, procédé ou service technologique innovant. Cette subvention financera jusqu’à 60% du programme d’innovation de l’entreprise. Le ministère s’est engagé sur un montant total de 10 millions d’euros d’aide au financement pour l’ensemble des lauréats. (Pour en savoir plus : concours i-LAB 2016 et Bourses French Tech « émergence »).

Le prix Pépite pour les étudiants entrepreneurs.
Le concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes constitue l’un des deux volets d’i-LAB, le second étant le prix PEPITE-Tremplin pour l’Entrepreneuriat Étudiant. Créé en 2014 par le ministère en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ce Prix national est l’une des actions phares du Plan en faveur de l’entrepreneuriat étudiant. Il a pour objectif d’encourager et de soutenir les projets de création d’entreprises chez les étudiants et les jeunes diplômés en récompensant les meilleurs projets innovants issus des Pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (PÉPITE).
Ce prix s’adresse à tout-(e) étudiant-(e) ou jeune diplômé-(e) depuis moins de 3 ans, âgé-(e) de 18 à 30 ans au 31 décembre 2014, accompagné-(e) par un PÉPITE et dont le projet est de créer une entreprise innovante ou qui en a déjà créé une depuis le 1er juillet 2014.
A la différence des catégories « en émergence » et « création-développement » du concours national d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes, le prix PÉPITE -Tremplin pour l’Entrepreneuriat Étudiant récompensera tout projet de création d’entreprise innovante, et pas seulement de technologies innovantes. Par innovation non-technologique, il est entendu toute innovation d’usage ou fonctionnelle. Elle repose sur la mise en œuvre d’un service qui vise à répondre à de nouveaux besoins ou à renouveler les conditions d’usage. Une fois l’entreprise créée, les lauréats recevront un prix d’un montant de 5 000 ou de 10 000 euros, selon l’appréciation de la qualité du projet par le jury national. Trois Grands Prix seront décernés aux lauréats dont les projets sont les plus prometteurs, qui recevront 10 000 euros supplémentaires.
(Pour en savoir plus et télécharger le dossier de candidature : http://www.pepite-france.fr/)

Le concours Mondial d’Innovation « Innovation 2030 »
L’Etat a également lancé un Concours Mondial d’Innovation dont l’objectif est de faire émerger les talents et les futurs champions de l’économie française en les repérant puis en accompagnant la croissance des entrepreneurs français ou étrangers dont le projet d’innovation présente un potentiel particulièrement fort pour l’économie française.
L’objectif est d’encourager les talents d’aujourd’hui pour créer la richesse collective de demain. Le Gouvernement souhaite ainsi attirer les talents du monde entier pour qu’ils réalisent leurs projets en France.
Dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir et en s’appuyant sur Bpifrance, l’État va affecter 300 millions d’euros pour co-financer des projets innovants portant les 7 ambitions définies par la Commission Innovation 2030 mise en place par le Président de la République en 2013. Elle est présidée par Anne Lauvergeon sous l’égide du Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique et de la Ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Économie numérique.

Les concours privés.
Du côté du secteur privé les concours foisonnent également. Il serait bien trop fastidieux d’être exhaustif mais nous pouvons citer les plus importants. Ainsi le Concours BFM Académie, premier concours de créateurs d’entreprises à la radio et à la télévision. Le CleanTech Open France, programme d’accélération visant à soutenir et accompagner des startups Cleantech motivées à relever des défis climatiques avec au programme, 18 mois de formation, de séances de coaching et un soutien financier pour aider à trouver les premiers clients. Le Hellow Tomorrow Challenge, une compétition mondiale qui a pour ambition de faire sauter les cloisons entre science, technologie et business. Les Prix Norbert Ségard, celui du Jeune Ingénieur Créateur qui a pour objectif de promouvoir et de favoriser la création d’entreprises technologiques innovantes par des ingénieurs et/ou docteurs et celui du Jeune Espoir ayant pour objectif de sensibiliser et d’encourager, pendant leur formation, les élèves-ingénieurs des grandes Ecoles d’ingénieurs à la création d’entreprises technologiques innovantes. Le Tremplin Entreprises organisé par le Sénat et l’ESSEC destiné à des entreprises souhaitant lever des fonds. Et enfin terminons par la Bourse Charles Foix qui évolue dans le domaine de la Silver Economy en récompensant les projets innovants qui permettent d’améliorer la qualité de vie et l’autonomie des seniors et/ou de leurs aidants.
Avec autant de concours en France ceux qui se lancent dans l’aventure de la création d’entreprises innovantes peuvent se sentir soutenus. Il ne leur reste plus qu’à se lancer dans le montage des dossiers de candidature.

Pour en savoir plus :

http://www.usinenouvelle.com/editorial/la-valorisation-de-la-recherche-en-france-c-est-complexe.N396227

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid24633-cid5745/presentation-du-concours-national-d-aide-a-la-creation-d-entreprises-de-technologies-innovantes.html

http://www.bpifrance.fr/

http://www.entreprises.gouv.fr/innovation-2030/accueil-innovation-2030